Comment se déroule une prestation de conseil en image ?

Publiée le 9 décembre 2022

Le conseil en image, c’est bien plus qu’un relooking ou des indications de style vestimentaire. Il s’agit d’une discipline de conseil très vaste et qui comprend des apports en bien-être, en personnalisation vestimentaire, en communication verbale et non-verbale ou encore en colorimétrie. Comment se déroule ce service ?

 

L’entretien : le cœur de la prestation du conseil en image

 

Dans le cadre d’une prestation de conseil en image, l’expert fournit à ses clients des orientations ultra-personnalisées. Son travail consiste à traduire leur personnalité et leurs goûts en accessoires, vêtements, posture et valorisation de leur image.

 

Pour parvenir à ce haut niveau de prestation, le conseiller en image commence ses interventions par un entretien individuel. Sur une ou plusieurs séances si nécessaire, il questionne son client sur ses motivations, ses objectifs, ses points de difficultés ou ses acquis. Central, cet entretien est l’occasion de créer les bases d’une relation de confiance, sans laquelle le conseil en image ne peut aboutir à un résultat qualitatif.

 

Le travail individuel du conseiller en image

 

Une fois l’entretien conclu, le conseiller en image peut travailler seul à l’élaboration d’un plan d’action, d’un planning ou encore d’un shopping tour véritablement adapté aux attentes de son client.

 

Cette phase peut durer plusieurs jours et s’appuie sur les connaissances très techniques du conseiller ainsi que sur son carnet d’adresses professionnelles. En effet, c’est à ce moment de la prestation qu’il définira les critères de colorimétrie adaptés à son client, la forme des habits qui lui conviendront le mieux ou encore les techniques de bien-être ou de sophrologie à appliquer.

 

Son travail se basera également sur les interventions d’autres experts de l’univers de la beauté et du bien-être, comme des boutiques partenaires capables de lui fournir les meilleurs modèles ou les offres financières les plus intéressantes. Le conseiller en image pourra aussi prendre rendez-vous dans des centres de bien-être ou des coiffeurs personnalisés, qui travaillent de manière discrète et qui constituent son maillage de collaborateurs de confiance.

 

La prestation du conseil en image : une approche progressive

 

Le conseil en image induit donc des changements physiques et mentaux chez les clients des experts. Ces bouleversements doivent impérativement être proposés et mis en place de manière progressive, afin d’éviter les changements trop brusques qui pourraient causer des difficultés morales aux personnes.

 

C’est pour cette raison que la prestation de conseil en image se conçoit dans le temps et sur le long-terme. Le conseiller élabore un planning large et flexible, chaque « étape » de son planning correspondra à une proposition de changement. Il veillera ensuite à ce que le processus soit bien accepté par son client et ne passera à la phase suivante que lorsqu’il considérera le changement bien accepté et son client prêt à avancer. Dans l’entre-temps, la prestation du conseil en image doit évoluer de manière unique, le conseiller propose des séances intermédiaires au besoin afin d’accompagner son client dans sa propre évolution.

 

Pour savoir comment mettre en place le déroulé d’une prestation de conseil en image, il faut se former à l’exercice de la discipline au niveau professionnel. Pour y parvenir, il est conseillé de suivre une formation de conseiller en image, comme le propose l’école de Conseil en image IDRI

 

La prestation de conseil en image, c’est un service unique, qui respecte les personnalités, les goûts et le rythme de chacun.

Comment trouver son style vestimentaire selon sa morphologie ?

Publiée le 13 juin 2023

© Siora Photography

 

Pour trouver un style vestimentaire unique et qui correspond parfaitement à sa silhouette, il faut connaître sa morphologie. La coupe des vêtements, leurs couleurs ou encore les imprimés doivent être choisis en fonction de la forme générale de son corps afin de créer des effets d’optique et de mettre en valeur ses atouts. Alors, comment créer un style vestimentaire en fonction de sa morphologie ? 

 

Adapter son style vestimentaire à sa morphologie : le duo gagnant 

 

Pour déterminer sa morphologie, il faut observer sa silhouette en sous-vêtements face à un miroir. Attention, on se regarde avec bienveillance, en sachant qu’il n’y a pas de silhouette plus esthétique qu’une autre. L’observation doit se concentrer sur les épaules, la taille et les hanches. À chaque silhouette correspondent des pièces, des matières et des teintes à privilégier. 

 

Il existe plusieurs morphologies féminines : 

 

La morphologie en A : la silhouette en triangle, les hanches sont plus larges que les épaules. Le style vestimentaire doit équilibrer la silhouette en attirant le regard sur le haut du corps, grâce à des épaulettes par exemple. 

 

– La morphologie en V : la silhouette athlétique où les épaules sont plus larges que les hanches. On appelle parfois cette silhouette la pyramide inversée. L’objectif est d’élaborer un style vestimentaire qui permet de créer du volume dans le bas du corps. Pour y parvenir, les imprimés sur les pantalons sont les meilleurs alliés des morphologies V. 

 

– La morphologie en O : tout en rondeur et en formes voluptueuses. Généreuse, cette silhouette est mise en valeur par des hauts décolletés ou des robes taille empire. 

 

– La morphologie en 8 : épaules et hanches sont alignées, la taille est fine. Parfois appelée silhouette en X, les pièces à privilégier pour un bon style vestimentaire sont les robes en cache-cœur ou les pantalons taille haute assortis à des vestes ceinturées. 

 

– La morphologie en H. La silhouette est égale : hanches et épaules de la même largeur. Pour contrebalancer l’alignement des hanches et des épaules, il est conseillé de marquer la taille (qui n’est pas naturellement très visible). On privilégie donc des jeans droits ou les jupes crayon. 

 

Style vestimentaire et morphologie : pourquoi faire appel à un spécialiste ? 

 

Si l’observation de sa morphologie semble simple, il reste important, pour créer un style vestimentaire unique et cohérent, de faire appel aux services d’un professionnel du conseil en image. Avec son aide, on peut reconnaître sa morphologie et créer son propre style vestimentaire en fonction de sa silhouette, mais aussi de ses goûts et des tendances mode du moment. 

 

Ces experts assortissent leurs conseils en relooking, tendances modes et coiffure d’apports en techniques de bien-être et de relaxation. 

 

Les diplômés en conseil en image de l’école IDRI sont capables de conseiller leurs clients et de déterminer avec eux un style vestimentaire unique qui respecte leur morphologie et leurs goûts esthétiques. 

 

L’observation de sa morphologie doit être assortie de conseils en mode, beauté et tendances afin de créer un style vestimentaire personnalisé et unique. 

Peut-on faire du conseil en image en ligne ?

Publiée le 15 décembre 2022

Crédit : Dylan Ferreira

Les divers confinements sanitaires ont eu pour conséquence de considérablement bouleverser les modes de travailler et d’échanger. Tous les secteurs ont su faire une place plus grande aux activités en ligne et à distance, plus sûres et tout autant performantes. Il en va de même du conseil en image : les professionnels ont su rebondir face à la crise en proposant à leurs clients un suivi en ligne.

 

Conseil en image 100 % en ligne ou formule hybride ?

 

Au départ très au compte-goutte et palliatif à une situation ponctuelle, le conseil en image en ligne se développe considérablement. On note néanmoins une majorité de propositions hybrides, selon laquelle le conseiller rencontre ses clients pour la première fois à l’occasion d’un entretien individuel en présentiel. Le suivi, en revanche, est proposé en version digitale.

 

C’est que l’entretien personnel est essentiel dans la prestation du conseil en image, qui est un service ultra-personnalisé, adaptable à chacun selon ses goûts, ses objectifs, sa morphologie et son caractère. Pour beaucoup de conseillers en image, donc, connaître ses clients en direct reste nécessaire à l’établissement d’une relation de confiance.

 

L’entretien en direct permet également au professionnel de véritablement effectuer son analyse morpho-visagique et morphologique. En effet, bien que les nouvelles technologies soient très performantes en termes de rendu vidéo, rien ne remplace l’analyse in vivo. En direct, le conseil en image se rend mieux compte des volumes du corps et du visage, comprend les ombres du visage et leur impact sur une expression bien mieux que via Skype ou Zoom. Il est aussi mieux à même de sentir son client, de comprendre ses non-dits et de décrypter sa communication non-verbale.

 

Conseil en image : ce qui peut être fait en ligne

 

En ligne, le conseiller en image peut tout à fait transmettre à ses clients ses rapports d’analyse (via un logiciel de conférence vidéo ou par mail, éventuellement). Il s’agit par exemple de faire le bilan d’image en ligne. Ce bilan comprend les retours sur l’entretien préalable et donne au client des indications sur l’image qu’il renvoie aux autres. De ce bilan, le conseiller tire des indications et des exercices concrets afin de réajuster la communication non-verbale de son client.

 

En ligne, la prestation de conseil en image peut par ailleurs comporter une étude vestimentaire : le client filmant sa garde-robe ou défilant en tenue. L’option en ligne ne permet néanmoins pas de poursuivre cette phase avec une session de shopping personnalisé. Les clients sont alors privés du toucher du vêtement et le rendu des couleurs est susceptible de différer à l’écran. C’est pour cette raison que la formule hybride est plébiscitée : les sessions de shopping tour s’effectuant en direct.

 

En ligne, le conseiller en image peut donc proposer des séances intermédiaires ou de complément aux étapes du suivi qui ne nécessitent pas une analyse directe (toucher des vêtements, colorimétrie, expression profonde des sentiments, etc.). La version digitale des prestations du conseil en image permet d’aller plus loin dans la relation de confiance qui s’instaure entre le conseiller et son client : les sessions sont plus flexibles, les plannings plus modulables et les ajouts de séances bien plus faciles à mettre en place.

 

Pour bien comprendre les enjeux et les potentialités de développement du conseil en image en ligne, il faut se former à l’exercice professionnel de la discipline. L’IDRI offre à ce titre un enseignement spécialisé de très haut niveau et sans cesse réactualisé, qui prend en considération le conseil en image en ligne.

 

Le conseil en image en ligne peut parfaitement être une modalité pertinente, à condition d’être prise en charge par un expert formé et d’être complété par des rencontres en direct.

 

 

 

Le vide-dressing de l’IDRI : une initiative pour la lutte contre la précarité étudiante

Publiée le 13 juin 2023

Le 7 juin dernier, un événement d’une grande portée environnementale et sociale a eu lieu sur le campus de PPA Business School et de l’IDRI (campus Montrouge). Il s’agit du vide-dressing organisé par En mode Pivoine. Cette initiative, pilotée par les étudiants de l’IDRI, l’école de conseil en image, avait pour objectif de lutter contre la précarité étudiante. 

 

Le concept du vide-dressing est simple mais puissant : les étudiants et le personnel de l’école ont été invités à donner des vêtements qu’ils n’utilisent plus. Ces articles de mode ont ensuite été mis en vente à des prix très abordables, permettant à d’autres personnes d’étofferleur garde-robe sans se ruiner. Le tout dans un esprit de solidarité et de consommation responsable, qui évite le gaspillage et encourage le recyclage des vêtements. 

Mais cet événement ne se limitait pas à la vente de vêtements. Les étudiants de l’IDRI ont également organisé des ateliers de conseil en image. Cela comprenait des sessions de colorimétrie, où les participants pouvaient apprendre à choisir des vêtements qui mettent en valeur leur teint, ainsi que des ateliers de maquillage. Ces ateliers permettaient aux participants d’apprendre à se mettre en valeur, tout en profitant des vêtements disponibles au vide-dressing. 

L’initiative du vide-dressing a été saluée par la communauté du campus pour son engagement environnemental et sa contribution à la lutte contre la précarité étudiante. Le succès de l’événement témoigne de la volonté de l’IDRI et de ses étudiants de prendre des mesures concrètes pour aider ceux qui sont en difficulté, tout en sensibilisant à l’importance du recyclage des vêtements. 

Un grand merci à nos étudiants pour cette initiative remarquable ! Le vide-dressing de l’IDRI est une excellente illustration de ce que peut réaliser une communauté soudée lorsqu’elle s’engage pour une cause importante. 

Et pour ceux qui n’ont pas pu participer à cet événement, ou qui sont impatients d’y revenir, ne vous inquiétez pas. Le rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine. Alors, à vos marques, préparez-vous à faire du tri dans vos armoires pour le prochain vide-dressing de l’IDRI ! 

 

Quelques photos de l’événement :

Comment devenir merchandiser ?

Publiée le 4 janvier 2023

Le merchandiser est un expert de la vente aux multiples facettes. Il est capable d’opérer en ligne comme en magasin, auprès de la direction de son entreprise au même titre qu’en tant que pilote de ses propres équipes. Il maîtrise la vente, la scénographie, la décoration, le conseil et l’accueil client. Comment se constituer un profil si complet et devenir merchandiser dès l’issue de ses études ?

 

Devenir merchandiser : étudier le marketing et la communication

 

C’est un incontournable pour devenir merchandiser : il faut tout connaître des tendances de communication, de la psychologie des consommateurs, des modes de présentation des points de vente et même du fonctionnement d’une Supply Chain.

 

Le merchandiser, c’est celui qui est en charge de la bonne présentation des produits au sein d’un point de vente. C’est lui qui met en valeur les rayons, les packagings et l’aspect général des articles qu’il propose. Garant du dynamisme de son point de vente, il doit faire appel à de solides connaissances artistiques, esthétiques et techniques en vue d’agencer ses espaces de manière unique, ludique et attractive.

 

Afin de parvenir à définir ses orientations stratégiques et à en tirer des indications concrètes pour ses équipes, le merchandiser effectue des études de marché, analyse de près les attitudes des consommateurs (en ligne comme en magasin) et utilise divers outils pratiques pour égayer son point de vente : éclairage, affichage, présentoir, pupitres numériques, etc. Il sait user du visual merchandising, de l’identité visuelle et des accessoires de signalétique. Sans oublier son expertise du digital : CRM, gestion des stocks et KPI à propos de la réussite de ses objectifs.

 

Quelle est la bonne formation pour devenir merchandiser ?

 

Ainsi, devenir merchandiser requiert de bien connaître les nouvelles technologies et le marketing. Généralement, c’est un professionnel qui a suivi une formation en marketing de luxe, en conseil en image ou en stratégie marketing.

 

Idéalement, son cursus universitaire débute immédiatement après l’obtention de son baccalauréat, avec un premier cycle de Bachelor, par exemple. Cette première étape lui offre de découvrir l’univers de la communication et de l’agencement des produits et de mettre un premier pied dans le monde du merchandising. Pour véritablement devenir mechandiser et endosser des missions intéressantes, il est conseillé de suivre ensuite un cycle de Mastère au sein d’une école spécialisée.

 

Pour devenir merchandiser, il est vivement préconisé d’opter pour des filières proches : communication, marketing, conseil en image, vente et techniques d’accueil des clients. Enfin, cette formation devra répondre aux critères d’exigence des plus grandes entreprises et déboucher sur une certification reconnue par l’état de niveau 5 minimum.

 

Devenir merchandiser par la promotion interne

 

Les grandes entreprises, notamment dans les secteurs de l’image, de la mode et des tendances, favorisent considérablement le recrutement en interne. Ce fonctionnement leur permet de former elles-mêmes leurs futurs collaborateurs, en leur inculquant la culture de la firme, ses valeurs et sa manière de travailler.

 

Ainsi, pour devenir merchandiser, il est conseillé de suivre une formation en alternance. Grâce à un stage professionnel, les étudiants évoluent rapidement dans l’entreprise de leurs rêves. Ils sont alors susceptibles d’y gravir rapidement les échelons vers un poste à responsabilité. Bien souvent, un étudiant dans une école spécialisée et reconnue au sein du milieu voit son contrat d’alternance déboucher sur un premier CDD.

 

L’IDRI propose à ce titre des formations de très haut niveau académique et technique dans le conseil en image. La formation en alternance propose une spécialisation Vente et Merchandising. Consciente des besoins des recruteurs du secteur, l’école propose ses cursus sous la modalité du rythme en alternance, offrant à ses étudiants de rapidement devenir merchandiser.

 

Devenir merchandiser, c’est également maîtriser les dynamiques de vente dans le digital et pouvoir travailler avec les UX designers et les développeurs de site internet pour bien y mettre en valeur ses produits.

Comment avoir confiance en soi ?

Publiée le 26 juin 2023

© Daniel Mingook Kim

Le manque d’estime de soi peut avoir de nombreuses causes : complexes physiques, suite d’échecs, relations toxiques, etc. Il s’agit d’un sentiment difficile à gérer au quotidien, qui peut créer de véritables difficultés psychologiques chez de nombreuses personnes. Pourquoi est-il judicieux de faire appel à un conseiller en image pour avoir confiance en soi ? 

 

Confiance en soi : est-ce inné ? 

 

Contrairement à la croyance répandue, avoir confiance en soi, ça se travaille. Si certaines personnes semblent naturellement bénéficier d’une haute estime d’elles-mêmes, il est possible de mettre en place des changements afin de reprendre confiance en soi. 

 

Par exemple, quand la mauvaise estime de soi est due à une raison physique, un processus de relooking ou un simple passage chez le coiffeur peuvent grandement contribuer à reprendre confiance en soi. Loin d’être superficielle, cette solution permet d’adopter un nouveau regard sur soi-même. Il existe aussi des causes psychologiques au manque d’estime de soi, qui peuvent constituer des difficultés aux racines profondes. 

 

Si le manque de confiance en soi perdure et qu’il relève du caractère de la personne (comme une timidité extrême), il est important de se faire épauler. Par exemple, de nombreux particuliers font appel aux services des coachs en image ou même des psychologues pour apprendre à sortir de leur zone de confort et à entreprendre des projets leur redonnant l’estime d’eux-mêmes. 

 

Pour intégrer ces changements et les convertir en processus pérenne, il est important d’assortir les modifications physiques et stylistiques avec des exercices de bien-être, une alimentation saine et équilibrée et un mode de vie dynamique. 

 

Comment le conseil en image permet d’avoir confiance en soi ? 

 

Le conseil en image est une discipline riche et variée qui comprend des apports de la morphologie, de la mode et du bien-être. Les experts du conseil en image et les coachs en relooking offrent à leurs clients des conseils en vue de changer de style vestimentaire, de modifier leur coiffure, d’adopter un positionnement corporel et une diction propre à leur permettre de retrouver confiance en eux. 

 

Les personnes qui se tournent vers le conseil en image pour se mettre en valeur attestent reprendre rapidement confiance en elles. En se réconciliant avec leur reflet dans le miroir, en sachant comment se comporter et quelle attitude adopter, les individus qui suivent un relooking réussissent leurs nouveaux projets, ce qui relance la confiance en soi. 

 

Par ailleurs, la confiance en soi qui découle d’un processus de relooking ou d’un coaching en image est renforcée par des techniques et des exercices de bien-être adaptés à chaque personne. Les experts du conseil en image les connaissent parfaitement et savent proposer les exercices adaptés à chaque client. 

 

L’IDRI  propose des cursus spécialisés dans le conseil en image qui permettent de se former afin de proposer un service capable de redonner confiance en soi à toutes les personnes qui en ont besoin. 

 

Reprendre confiance en soi est capital pour réussir un entretien d’embauche, se lancer dans de nouveaux projets, sortir d’une rupture amoureuse difficile ou changer de vie. 

Créer son entreprise de conseil en image : comment réaliser un business plan ?

Publiée le 13 janvier 2023

Crédit : Arnel Hasanovic

 

Le conseil en image a le vent en poupe auprès des clients particuliers comme professionnels. Discipline très riche, elle comprend le relooking, la mode et les tendances vestimentaires, la communication verbale et non-verbale, le bien-être et le développement de la confiance en soi. Après des études au sein du secteur, on peut alors travailler comme employé ou indépendant. Dans ce cas de figure et lorsque l’on souhaite lancer son entreprise de conseil en image, pourquoi et comment élaborer un business plan ?

Créer son entreprise de conseil en image : pourquoi faire un business plan ?

 

Élaborer un business plan est un incontournable préalable à la création de son entreprise de conseil en image. En effet, il s’agit d’un document récapitulatif permettant d’analyser un grand nombre d’informations et de déterminer le bon positionnement de sa structure sur le marché du conseil en image.

 

Avec l’étude de documents comptables, d’estimations financières et d’analyses du comportement des consommateurs, le business plan permet au chef d’entreprise de mieux comprendre sa future niche d’exercice. Il peut ainsi faire des choix rationnels et déterminer avec succès quels sont les points de son entreprise à développer pour se démarquer efficacement de la concurrence.

 

Dans le conseil en image, le business plan permet tout simplement de déterminer s’il existe un potentiel commercial dans votre niche de prédilection, votre zone géographique ou auprès de votre public cible.

 

Conseil en image, business plan et questions essentielles

 

Ainsi, dans le conseil en image, mieux vaut se poser certaines questions fondamentales à l’occasion de la création de son business plan :

 

– Quelles sont les prestations les plus courantes et les plus recherchées dans le secteur : relooking, intervention sur les réseaux sociaux, accompagnement à l’achat, etc.

– Quel est le profil général de la cible visée : population qui préfère le contact direct, hybride ou majoritairement digital, etc.

– Quels sont les critères de prise en compte dans le choix d’un conseiller en image et quel est le profil de vos concurrents directs ?

 

Réaliser un business plan : s’entraîner sereinement

 

Considérant l’importance d’un bon business plan et les conséquences graves d’un document erroné (équipes qui travaillent dans la mauvaise direction, pertes financières, mauvaise réputation, etc), on comprend qu’il est essentiel d’apprendre sereinement à établir ce type de modèles économiques.

 

Pour y parvenir, il faut bien évidemment se former aux techniques de la vente, de la prévision financière, de l’économie pratique et de la gestion d’entreprise. Mais il faut également mettre en pratique ces connaissances afin de véritablement les convertir en compétences pratiques : choix des données, utilisation des outils numériques de création du document, impact véritable sur les équipes sur le terrain, etc.

 

C’est pour ces raisons qu’il est vivement conseillé aux étudiants qui souhaitent fonder leur société de conseil en image de suivre une formation pratique. Au moyen de stages en alternance et d’ateliers professionnels, il est alors possible de s’entraîner régulièrement à produire des business plans. Grâce aux retours très techniques des enseignants et des chargés de stage, les étudiants comprennent alors les impacts concrets de leurs propositions et évoluent sereinement.

 

L’IDRI a conscience de l’importance de l’élaboration d’un bon business plan pour réussir à créer son entreprise dans le conseil en image. L’école a donc rapidement inclus cette discipline dans ses formations supérieures et accompagne ses étudiants à la maîtrise des outils professionnels. L’IDRI propose des formations en alternance avec 5 Spécialisations et une formation continue pour pouvoir se former au conseil en image. 

 

Le business plan est indispensable à la création d’une entreprise du conseil en image, il consiste en une base technique et en des orientations stratégiques qui déterminent la réussite de la structure.

Quels sont les différents types de textiles ?

Publiée le 4 juillet 2023

Les différents types de textiles occupent une place centrale dans le choix d’un vêtement : propriétés couvrantes, respirantes, légèreté ou robustesse, il s’agit d’une caractéristique qui séduit les consommateurs. C’est aussi un point à connaître en vue de fournir de bons conseils en relooking : les matières des vêtements jouent un rôle dans les effets d’optique à créer en fonction des morphologies. Alors, quels sont les différents types de textiles et comment les reconnaître ? 

 

Les différents types de textiles : la typologie traditionnelle 

 

Traditionnellement, on divise les différents types de textiles en deux grandes catégories : les fibres naturelles et les fibres chimiques. Les fibres textiles sont les composants des matières textiles et des tissus qui entrent dans la fabrication des vêtements ou des accessoires. 

 

Les fibres naturelles sont celles qui ont toujours été utilisées par l’industrie du textile jusqu’au XXe siècle, avant le développement de la fibre synthétique. Pour être définie comme fibre naturelle, il faut que la matière première soit obtenue par une transformation physique mécanique (la tonte d’un mouton par exemple), qui ne modifie pas sa composition. 

 

Les fibres naturelles sont plébiscitées pour leur toucher doux et donc leur porter agréable. Cependant, leur entretien est complexe : temps de séchage, elles stockent l’humidité et doivent être aérées, repassées, etc. 

 

Les textiles chimiques sont apparus pendant la révolution industrielle. À l’origine, ils sont élaborés en vue de reproduire les propriétés des fibres naturelles. Ces fibres présentent l’avantage d’être légères et très résistantes, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elles entrent dans la composition de nombreux vêtements de sport. En raison de leur faible taux d’absorption d’humidité, de leur propriété respirante et de leur facilité d’entretien elles sont idéales pour confectionner des collants de danse, des sous-vêtements de randonnée ou même des t-shirts près du corps. Néanmoins, elles ont l’inconvénient de stocker les odeurs et d’avoir un impact environnement négatif important. 

 

Les sous-catégories des différents types de textiles 

 

Les deux grandes typologies de matières textiles sont subdivisées. Les fibres naturelles peuvent provenir du végétal et de l’animal. Au même titre, on classe les fibres chimiques en matières artificielles et matières synthétiques. 

 

Par exemple, peuvent produire des fibres textiles naturelles le chanvre, le lin, le coton, mais aussi la jute, l’ortie ou même le coco. Les matières animales sont également bien connues dans la production de fibres textiles : la soie, la laine, l’alpaga, l’angora ou encore le cachemire. On a tendance à classer dans cette catégorie le cuir, bien qu’il ne s’agisse pas d’une fibre textile à proprement parler. 

 

Quant aux fibres chimiques, elles sont nombreuses. Les matières artificielles peuvent provenir d’une base naturelle mais supposent une ou plusieurs étapes chimiques pour être transformées en fibre textile, c’est le cas du bambou ou de la viscose. 

 

Les matières synthétiques, en revanche, sont totalement chimiques et généralement dérivées du pétrole : polyester, polyamide (nylon) ou lycra et acrylique. Ces matières sont produites à partir de matières inorganiques et on développe aujourd’hui des fibres chimiques à partir de bouteilles en plastique recyclées, par exemple. 

 

Attention, pour obtenir un vêtement, la fibre textile doit passer par plusieurs étapes : l’extraction de la matière première, la filature, le tissage (ou le tricotage) et l’ennoblissement. 

 

Pourquoi connaître les différents types de textiles ? 

 

Être en mesure de connaître les différents types de textiles permet de véritablement différencier les matières des vêtements et privilégier des textiles plus adaptés à sa morphologie par exemple. Les conseillers en image qui effectue une analyse morphologique de leurs clients qui suivent un relooking se basent sur leur connaissance des différents types de textiles. Grâce à cela, ils choisissent les vêtements les mieux adaptés : synthétiques et amples pour une silhouette en O, en coton pour une morphologie V, etc. Ils doivent également connaître les propriétés des différents types de textiles en vue de conseiller leurs clients sur leur entretien : lavage, séchage, etc. 

 

Ils peuvent aussi s’appuyer sur cette connaissance en vue de constituer des vestiaires saisonniers à destination de leurs clients. Par exemple, on privilégie en hiver des matières robustes et de bonne qualité : laine, Mohair, laine Mérinos ou encore velours. La composition de ces vêtements joue un rôle de barrière face au froid, mais aussi esthétique et stylistique. Les professionnels du conseil en image doivent évaluer leur aspect esthétique. Par ailleurs, ils conseilleront de préférence des matières légères et respirantes en été : lin ou soie. 

 

Les peronnalshoppers ont également besoin de maîtriser les différents types de textiles en vue de savoir reconnaître les tissus et orienter leurs clients vers les matières qu’ils attendent. En effet, la clientèle luxe d’aujourd’hui est très attentive à sa consommation, elle privilégie un certain type de tissu en vue de n’acheter que des vêtements de luxe, écoresponsables, durables, etc. Les personalshoppers qui travaillent avec cette clientèle VIP exigeante doivent donc effectuer des achats en respectant ces attentes. 

 

Les experts de la mode apprennent également le à reconnaître les différents types de textiles en vue de constituer leurs collections. En effet, le processus de tissage, de découpe ou de couture varie en fonction des matières premières. Par exemple, on utilise plus volontiers du coton pour une robe ou un chemisier, du lin pour un pantalon ou du jute pour un sac. Par ailleurs, le polyester est idéal pour une jupe avec les bords en crêpe, l’acrylique pour la doublure d’un manteau ou l’élasthanne pour les sous-vêtements. 

 

L’IDRI propose des formations en initial ou en alternance spécialisées en conseil en image. Elles permettent de connaître les différents types de textiles et de conseiller les clients en fonction de leurs besoins et de leurs attentes. 

 

En tant qu’expert du conseil en image, il faut bien connaître les différents types de textile, il s’agit d’une compétence professionnelle permettant de mettre en avant son profil et d’attester de son expertise en vue de se démarquer de la concurrence. 

Interview étudiante : comment se spécialiser en Luxe et Personal Shopper ?

Publiée le 27 février 2023

 

Le domaine du conseil en image doit s’apprendre au travers de formations, notamment au sein de grandes écoles de Conseil en image comme l’IDRI. L’établissement propose un cursus en alternance avec 5 spécialisations. Julia Bigot, étudiante à l’IDRI, raconte son parcours dans le Conseil en Image.  

 

 

Interview de Julia Bigot, étudiante à l’IDRI  

 

Peux-tu te présenter ?  

Je m’appelle Julia, j’ai 22 ans et je suis étudiante à l’école IDRI à Paris. Je suis en formation 15 mois en alternance, en spécialisation Luxe et PersonalShopper 

 

Décris-nous ton alternance ?  

 

Je suis alternante au sein de l’agence de relookingUne autre image à Rouen. J’apprends le métier de conseillère en image, je réalise mes propres ateliers de colorimétrie, de conseil morphostyle, d’accompagnement shopping, cours de maquillage et conseil coiffure. Et en même temps, je tiens la boutique de vêtements de l’agence.  

 

Comment définirais-tu le Conseil en Image ?  

 
Pour moi la conseillère en image, c’est une personne qui est à l’écoute et qui est bienveillante, pour pouvoir comprendre la cliente en face de nous. Il faut l’écouter et comprendre au maximum ses attentes, afin de lui apporter les outils nécessaires pour qu’elle puisse être sublimée et avoir confiance en elle.  

 

Ta matière préférée à l’IDRI ?  

 

Je dirais que j’en ai plusieurs, mais mes deux préférées, ce sont la colorimétrie et les cours de morphostyle, bien évidemment.      

 

 

Formation en alternance : le bon procédé  

 

L’école IDRI forme des étudiants dans le conseil et la communication par l’image. Désireux de donner toutes les chances à ses futurs conseillers en image pour trouver du travail, l’école propose un cursus complet en alternance avec 5 spécialisations différentes : Vente et Merchandising, Luxe et Personal Shopper, influenceur Mode et Beauté, Médico-sociale et Maquillage Professionnel.   

Le Conseil en image est un domaine qui se pratique sur le terrain. L’IDRI propose des cours et des semaines de séminaires avec des professionnels du métier. La mise en pratique s’exerce au travers d’ateliers comme : maquillage pour des partenariats avec l’école, réalisation de tests de colorimétrie, coiffure, formation aux différents textiles… Les étudiants apprennent tous les jours sur le métier de Conseiller en image, c’est pourquoi la formation en alternance est très importante pour s’exercer sur les aptitudes acquises pendant les cours.    

 

Spécialisation Luxe et Personal Shopper  

Cette formation prépare aux métiers de conseiller en image et de personalshopper dans le secteur du luxe. Elle donne les acquis nécessaires pour répondre aux désirs d’une clientèle haut de gamme en lui apportant conseil, contact et organisation. Cette personnalisation de l’accompagnement est motivée par la quête de l’excellence, du soin apporté aux détails et de la qualité des produits proposés.  

La formation permet au candidat d’élargir sa culture des marques et de savoir conseiller tout type de clientèle et ce, qu’importe son style vestimentaire : preppy, couture chic, urbain, minimaliste, romantique, streatwear, bohemian chic, pop, comfy.  

 

Le programme de la spécialisation Luxe et PersonalShopper se divise en 2pôles : tout d’abord le tronc commun pour suivre la formation de conseiller en image et les cours, propre à la spécialisation : Codes du luxe, Savoir-vivre et savoir-être, Techniques de vente, Visual merchandising, CRM et expérience client, Training et store tour… Mais aussi des séminaires enrichissants : Tendances femme et analyse des Fashion Week, Communication digitale et réseaux sociaux, E-personalshopper, Réalisation et montage vidéo – Live Shopping 

 

Les points forts du programme sont : Expérience professionnelle en entreprise durant 15 mois, Réseau de partenaires importants, Un service relations entreprises pour vous aider dans votre recherche d’alternance, Training blanc avant chaque examen pour préparer au mieux la certification, Suivi rigoureux et régulier des outils professionnels réalisés (book de styles, book d’accessoires, book de coiffures…), Accompagnement complet sur une première cliente pendant la formation, Réseau IDRI Alumni (anciens élèves) 

Quel est le principe de la colorimétrie ?

Publiée le 11 juillet 2023

© Christina Rumpf

Par principe, la colorimétrie est le processus de la mesure de la couleur. Ses applications sont multiples : mélanges de teintes en décoration, recherche physique sur le spectre visuel, mais aussi et surtout relooking. Dans le conseil en image, le principe de la colorimétrie est grandement utilisé en vue de déterminer les teintes et les teintes chromatiques qui conviennent à chaque individu. Explications. 

 

Colorimétrie : le principe physique général 

 

En physique classique, l’objectif de la colorimétrie est de quantifier objectivement la perception d’une couleur provenant d’un objet ou d’une source directe. La perception de la lumière en physique comprend une composante chromatique, qui est la couleur et une composante lumineuse (qui permet à la couleur d’être vue). Ces éléments de composition s’évaluent par des grandeurs visuelles énergétiques qui correspondent à la sensibilité du système visuel. 

 

Ainsi, le principe de la colorimétrie a été démontré en 1855 par Maxwell. Il repose sur la trivalence visuelle : n’importe quelle couleur peut être obtenue par la superposition (ou le mélange) des trois couleurs primaires (en faisant varier les quantités de chacune). Pour déterminer les composantes trichromatiques d’une lumière ou d’une couleur, on utilise en colorimétrie : un colorimètre. 

 

Colorimétrie et principe du relooking 

 

Dans le relooking, on utilise le principe de la colorimétrie en vue de déterminer et de sélectionner les couleurs et les teintes qui conviennent à chaque personne. Dans ce contexte, la colorimétrie permet d’adapter les couleurs des accessoires ou des vêtements à sa carnation ou à sa couleur de cheveux, par exemple. 

 

En effet, certaines couleurs s’associent bien au teint des personnes, flattent leur mine ou affinent leur silhouette. Pour déterminer précisément un vestiaire unique et intégralement personnalisé en fonction de leurs clients, les experts du conseil en image et en relooking appliquent le principe de la colorimétrie. 

 

On considère qu’il existe deux grands types de couleurs : chaudes ou froides. On les classe en fonction du degré de jaune ou de bleu qui intervient dans leur composition. Si la teinte comprend plus de jaune, elle est couleur chaude. Dans le cas contraire, si elle comprend plus de bleu, elle sera catégorisée comme couleur froide. 

 

Attention, selon le principe de la colorimétrie, toute couleur provient de l’association des trois couleurs primaires. Ainsi, bien que l’on ait naturellement tendance à considérer le rouge comme une couleur chaude, il peut tout à fait être une couleur froide si sa composition colorimétrie comprend plus de bleu (c’est le cas d’un Bordeaux qui tend vers le bleuté par exemple). 

 

La catégorisation en couleurs chaudes ou froides est essentielle dans le conseil en image ou en relooking, car on n’applique pas le même nuancier aux diverses carnations. Ainsi, pour une peau foncée ou métisse, on privilégie les tons chauds. Ce principe s’applique dans le choix de la couleur des vêtements, des accessoires et de la palette de maquillage. 

 

Principe de l’analyse colorimétrique 

 

Les coachs en image, avant d’utiliser les principes de la colorimétrie, convient leurs clients à un entretien préliminaire. Ils réalisent à cette occasion, une analyse colorimétrique au moyen d’un nuancier de couleurs en tissu. Puis, ils associent leurs résultats aux saisons de la nature. En effet, l’automne comprend de nombreuses couleurs chaudes, tandis que l’été des teintes plus froides. 

 

Selon cette méthode, chaque individu appartient à une saison, en fonction de la quantité de couleurs froides ou chaudes majoritairement présentes dans sa carnation naturelle. On applique alors, pour chaque profil de saison déterminé, une palette de couleur qui met en valeur la beauté de chaque individu. 

 

La théorie des saisons, liée au principe de la colorimétrie, permet de mieux utiliser le cercle chromatique en vue de déterminer les pièces maîtresses d’une tenue. Cette analyse et l’association de ces méthodes requierent un entraînement pratique sur le long-terme : le professionnel passe à côté du visage de son client des échantillons de tissu coloré. Il évalue avec à l’observation directe les effets d’une teinte sur la carnation des personnes. Il n’y a par conséquent pas de règle générale d’application de l’analyse en colorimétrie : deux femmes blondes peuvent réagir différemment au même échantillon de couleur. 

 

Les conseillers prennent ensuite en considération la teinte de la chevelure de leur client en vue de déterminer une palette de nuances de maquillage adaptées et de constituer des tenues complètes dans les teintes adéquates. 

 

Principe de la colorimétrie et jeux sur l’inconscient 

 

La signification des couleurs est une thématique vaste et qui varie d’une culture à l’autre. Néanmoins, chaque civilisation se construit un rapport à la couleur, ce qui en dit long sur leur importance pour l’être humain. Par exemple, en occident, le blanc est perçu positivement comme signe de pureté. En Asie, au contraire, le blanc est perçu comme négativement, c’est la couleur du deuil et de la mort. Le jaune, couleur lumineuse par excellence, peut être associée à la tonicité, au dynamisme, à la douceur et à l’intelligence par exemple. 

 

Dans une tenue, l’impact de la couleur a une importance colossale, elle donne bonne ou mauvaise mise et créée des effets psychologiques chez les personnes qui les portent ou les voient. 

 

Ainsi, les couleurs font passer de manière inconsciente de multiples messages, elles sont donc un outil de la communication non verbale incontournable dans un processus de revalorisation de soi. Ainsi, les conseillers en image utilisent la colorimétrie et le principe de la signification des couleurs pour constituer des vestiaires et des tenues propres à redonner l’estime de soi à leurs clients. 

 

Les interactions entre couleurs et psyché ont depuis toujours fasciné l’être humain et ont conduit à de nombreux travaux scientifiques et artistiques. On se souvient notamment des recherches du Bauhaus à propos de la création d’une grille d’association idéale des couleurs. 

 

Grâce à la pédagogie d’exception de l’IDRI, les étudiants des formations en conseil en image de l’établissement apprennent tous les principes et les applications de la colorimétrie. 

 

La colorimétrie est un outil central de tout bon conseiller en image et il est important de suivre des stages pratiques pour bien l’utiliser. 

200